On entend souvent parler des troubles des apprentissages chez les enfants scolarisés. A quoi cela peut-il faire référence ?

Les causes des troubles de l’apprentissage

Ces troubles peuvent avoir plusieurs causes : une immaturité psycho-affective, un développement neurologique atypique, des conditions environnementales inadéquates pour un développement harmonieux, etc.

Pour faire simple, un trouble des apprentissages,  c’est quand on a du mal à apprendre quelque chose comme le rappelle simplement ce site. Donc si on reprend les composantes d’un apprentissage, on peut comprendre les différentes origines possibles d’un dysfonctionnement de l’apprentissage. 

Apprendre demande des conditions exigentes

Tout d’abord pour apprendre, j’ai besoin : d’être dans un environnement sécurisant, d’être intéressé par l’apprentissage, d’être capable de me concentrer, de pouvoir m’approprier ce que l’on va m’apprendre avec mes connaissances et mes mots à moi, d’avoir de l’aide au départ, puis de pouvoir le faire seul. Souvent j’ai besoin d’automatiser ce que j’ai appris. Enfin je dois être capable de m’en souvenir. De plus un apprentissage demande aussi généralement une période de temps pour accomplir tout cela.

Exemples

Ensuite prenons des exemples de différentes interférences possibles avec un apprentissage :

  1. Je suis émotionnellement perturbé (je ne me sens pas en sécurité donc j’ai du mal à me concentrer et je suis dans l’incapacité de mémoriser).
  2. Je ne suis pas intéressé par l’apprentissage en question (il est inapproprié pour mon niveau de développement ou je ne suis pas bonne relation avec ce qui m’entoure).
  3. Je n’arrive pas à m’approprier ce que l’on essaie de m’apprendre (je ne comprends pas les mots, je n’ai pas les connaissances de base, le type d’intelligence sollicité dans la pédagogie n’est pas compatible avec mes préférences (l’intelligence est multiple : langagière, spatiale, musicale, mathématique, corporelle, intrapersonnelle et interpersonnelle).
  4. J’ai du mal à me concentrer et maintenir mon attention.
  5. Je n’arrive pas à automatiser l’apprentissage, malgré les répétitions et de bonnes conditions d’apprentissage.
  6. Mon rythme d’apprentissage est incompatible avec le temps que l’on m’accorde.

Les autres troubles

Enfin cela nous ramène aux différents troubles (qui ne sont pas tous à proprement parler des troubles des apprentissages, mais qui sont révélés par les difficultés scolaires) :

TDA/H

Trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité. (situation 2, 3 et 4)

Dyspraxie

(dysgraphie, dyslexie, dyscalculie, etc.) : ne pas réussir à automatiser un apprentissage : moteur ou lié à une activité spécifique (écriture, lecture, calcul, etc.). (Situation 5)

Autisme

Trouble des interactions sociales et sensorialité atypique. (Situation 2 et 3)

Psychose 

difficulté à se sentir en sécurité et à être en relation avec ce qui m’entoure, préférer l’introspection. (Situation 1, 2 et 3)

Déficience intellectuelle 

compétences moindres et rythme d’apprentissage modifié. (Situation 3 et 6)

Haut potentiel 

grand potentiel intellectuel ne parvenant pas à s’associer à une maturité affective complémentaire. (Situation 1 et 2)

 

Dans la plupart des cas, la situation d’échec conduit à une perturbation émotionnelle qui si elle n’est pas reconnue et prise en compte, entravera les apprentissages et amoindrira la confiance en soi. Il existe des adaptations pédagogiques facilitant l’apprentissage, pour la plupart de ces troubles.

Il est conseillé de se rapprocher de votre médecin traitant ou d’un autre professionnel de la santé travaillant sur les apprentissages, comme les psychomotriciens, les orthophonistes, les psychologues et les ergothérapeutes.

Catégories : Education

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *